La Société de Saint-Vincent-de-Paul (SSVP) est très engagée dans la lutte contre la pauvreté des enfants. L’ensemble de la société doit être sensibilisé à cet égard, notamment en ce qui concerne le manque de nourriture, la perte du foyer familial et les difficultés des familles monoparentales.

Alimentation des familles

Paradoxalement, l’Irlande est, d’après des études récentes publiées en septembre 2017 par the Economist Intelligence Unit, « la nation qui jouit de la meilleure sécurité alimentaire au monde » ; cependant, la pauvreté alimentaire a considérablement augmenté. Les statistiques montrent que le nombre de personnes en situation de pauvreté est passé de 315 000 en 2009 (7 % de la population) à environ 537 000 en 2015 (11,5 %), dont 140 000 enfants de moins de 18 ans.

Depuis les années de la récente crise économique, les inégalités sociales se sont aggravées et, par conséquent, l’incapacité de se procurer une alimentation saine et suffisante, en raison de problèmes  de disponibilité et d’accessibilité alimentaire, a également augmenté.

Ce fait a conduit la Société de Saint-Vincent-de-Paul à lancer des projets tels que le centre communautaire Orchard, qui fonctionne depuis une vingtaine de mois et qui, depuis son ouverture, vise à améliorer l’alimentation de plus de 90 familles qui, chaque semaine, s’y rendent pour collecter des denrées non périssables comme des aliments dans des boîtes de conserves, du thé ou café, des pâtes, du levain ou des céréales.

Les enfants sans-abri

Un autre indice qui nous donne une mesure de la situation des enfants en Irlande est celui des enfants sans-abri. Depuis quelques années, la situation des enfants sans-abri est critique. Selon un rapport de l’organisation non gouvernementale “Focus Ireland”, un enfant devient sans-abri en Irlande toutes les cinq heures. En janvier 2015, 865 enfants vivaient dans des centres d’hébergement d’urgence. Deux ans plus tard, en 2017, ce nombre est augmenté à 2 400 enfants. En juillet 2018, l’Irlande comptait 3 867 enfants sans-abri.

Les conséquences de vivre dans une chambre d’hôtel ou dans des logements de type “Bed & Breakfast” sont énormément nuisibles pour les enfants, qui ont toujours besoin d’avoir une vie familiale normale dans laquelle ils doivent jouer, faire leurs devoirs, faire des amis et fréquenter l’école.

Des familles monoparentales

Le taux de pauvreté parmi les familles monoparentales qui travaillent en Irlande a plus que doublé en seulement 5 ans à partir de 2012, et leur niveau de vie est parmi les pires en Europe, selon un nouveau rapport rédigé para notre Société de Saint-Vincent-de-Paul en Irlande.

Le rapport susmentionné, Working, Parenting and Struggling (Le travail, le rôle des parents  et la lutte), a constaté qu’en 2012 un parent célibataire sur 11 qui travaillait vivait sous le seuil de pauvreté. Ce chiffre est passé à 1 sur 5 en 2017.

Selon cette étude, le coût élevé du logement et des services de garde d’enfants, associé à des revenus particulièrement bas, sont, dans une large mesure, responsables de la chute vertigineuse du niveau de vie des habitants. En Irlande, les familles monoparentales sont presque cinq fois plus susceptibles de vivre dans la pauvreté que d’autres familles avec enfants; en outre, 84% des familles monoparentales déclarent ne pas pouvoir faire face à des coûts imprévus.

Face à cette réalité, des mouvements pour la protection des enfants ont été lancés en Irlande pour prévenir la pauvreté, comme l’initiative No Child 2020 (https://www.irishtimes.com/nochild2020), qui s’inspire d’une déclaration qui a célébré son centenaire en 2019 et qui comprend les droits des enfants irlandais dans cinq principes fondamentaux:

1.- Bien-être: le droit de chaque enfant à la santé physique, mentale et spirituelle, qui doit être le premier impératif de la République.

2.- La faim: le droit de chaque enfant à une alimentation adéquate.

3.- Un refuge: des centres d’hébergement pour les enfants sans-abri.

4.- L’éducation: le droit de chaque enfant à l’éducation dont il a besoin pour devenir un adulte digne d’une république libre.

5.- Les enfants en tant que « citoyens » : Pas de futurs citoyens, pas de matériaux à modeler, pas de briques pour une Irlande en construction, mais des citoyens: des membres à part entière de la société irlandaise ici et maintenant. La promesse implicite est que ces enfants seront vus et entendus, et leurs besoins compteront autant que ceux de tout autre citoyen.

Aujourd’hui, 100 ans plus tard, cette déclaration est encore une grande responsabilité et un défi pour la société irlandaise. La Société de Saint-Vincent-de-Paul, avec d’autres institutions, continue d’appeler à un engagement de la part de tous pour contribuer au développement des enfants en Irlande, afin que cette question soit une priorité et une urgence dans les politiques quotidiennes et sociales d’un pays fait pour tous.

 

Partager sur