• Confédération Internationale

    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

    30 millions de pauvres aidés dans le monde

  • Confédération Internationale

    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

    "Je voudrais enserrer le monde dans un réseau de charité" (Frédéric Ozanam)

Lecture spirituelle : Semaine du 22 mai 2017

Semaine du 22 mai 2017 (référence : Lectures du dimanche 28 mai)

L’Ascension du Seigneur - Lectures : Actes 1, 1-11 ; Psaumes 46, Ephésiens 1, 17-23 ; Mathieu 28, 16-20

Nous n’avons plus besoin d’attendre la venue du Seigneur pour être avec Lui, car Lui est dans chacun de nous.

jesus-christ-1948251_1280

 

Dans la solennité de l’Ascension du Seigneur, nous voyons qu’à nouveau, Jésus dit adieu à ses apôtres et disciples. Mais cet adieu a lieu dans une atmosphère très différente de celle de la Cène et de la mort postérieure de Jésus. À cette occasion, les apôtres et les disciples furent complètement désemparés (« ils avaient perdu le nord »), déçus et avec la sensation d’un énorme vide : ce furent les premiers chrétiens à ressentir les fameuses « nuits obscures ». L’adieu de l’Ascension est, cependant, plein d’espoir : IL monte au ciel après avoir passé 40 jours avec ses apôtres comme ressuscité. La peur n’existait plus, il n’y avait plus de vide, plus de déception, car le Christ rétablit la confiance et l’alliance avec eux, à travers la résurrection.

Il ne restait qu’à remplir un vide unique qui contribuerait à la sédimentation de l’Église, une communauté qui allait beaucoup plus loin que Jérusalem et beaucoup plus grande que la communauté juive : une Église annoncée par tout le monde. Ce vide de force et de sagesse sera rempli par le Saint-Esprit, qui vint sous forme de feu, à la Pentecôte, annoncé et apporté par Jésus et le Père. 

Les Apôtres avaient été baptisés par l’eau, par Jean le Baptiste, le précurseur de Jésus, mais à présent ils sont baptisés par le Saint-Esprit : leur sainteté serait scellée pour toujours. Et ils auraient le pouvoir de baptiser tout le monde, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit: juifs, grecs, païens, gentils, romains, et nous tous.

La scène de la contemplation de l’Ascension du Seigneur est particulièrement intéressante. Le texte des Actes (1,10-11) dit : « Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu’il s’en allait, voici que deux hommes vêtus de blanc leur apparurent et dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu allant au ciel. » C’est comme si le Seigneur venait à dire : c’est d’accord, la contemplation est importante, mais vous devez maintenant porter l’héritage de la mort et de la résurrection à tous ceux qui ont soif de sens pour leur vie.

Ceci me rappelle le propre Saint Vincent-de-Paul. Nous connaissons tous sa facette de leader, de réalisateur d’œuvres, d’organisateur de la charité. Mais il existe un aspect de Saint Vincent-de-Paul que nous oublions parfois : il passe des heures en prières (en ascèse). Mais, sa prière présentait une caractéristique intéressante : une fois que, grâce à la prière, il comprenait la volonté de Dieu, il partait la réaliser. Nous pouvons dire que Saint Vincent-de-Paul réalisait une ascèse pratique.

Cela vaut la peine que nous réfléchissions un peu sur le sens de notre vie, nous qui avons reçu le cadeau de la vocation vincentienne. Comprendre que le baptême que nous avons reçu va au-delà du baptême de Jean ; être baptisé au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, c’est Lui qui fait toute la différence. Nous n’avons plus besoin d’attendre la venue du Seigneur pour être avec Lui, car Lui est en chacun de nous.

L’étape suivante consisterait à expérimenter l’ascèse pratique. Nous mettre à genoux devant le Très Saint Sacrement et chercher à comprendre ce que le Saint-Esprit veut que nous fassions. Nous mettre à genoux également devant le Pauvre que nous aidons (et qui est Dieu par excellence) et écouter ce que lui, de même que le Saint-Esprit veut que nous changions dans notre vie ou comment il veut que nous évangélisions jusqu’aux confins de la terre. Chercher dans le sanctuaire de l’autel et dans le sanctuaire de la maison de l’assisté la raison de notre vie, fait de nous de véritables apôtres du Christ, en esprit et en action, en vérité et en vie.