• Confédération Internationale

    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

    30 millions de pauvres aidés dans le monde

  • Confédération Internationale

    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

    "Je voudrais enserrer le monde dans un réseau de charité" (Frédéric Ozanam)

Retour à la liste des actualités

Lectures du Dimanche 12 novembre

06 novembre 2017 Actualités du CGI

Lectures du Dimanche 12 novembre

Semaine du 6 novembre 2017 (référence : lectures du dimanche  12 novembre) 

32ème Dimanche du Temps Ordinaire - Lectures : 1Ts 4-13 ; Matthieu 25,1-13

« La persévérance est une vertu vincentienne qui nous prépare à la venue du Seigneur »

Réflexion vincentienne

L’Évangile de cette semaine nous parle de la célèbre parabole des dix vierges : les cinq sages et les cinq imprudentes. C’est une parabole qui explique très bien la vertu vincentienne de la persévérance. Pour Saint Vincent de Paul, la persévérance, la détermination, c’est « l’amour enflammé », qui implique la passion pour travailler infatigablement afin de remplir notre mission, afin de «transformer les cœurs », pour servir les pauvres, pour évangéliser, et pour encourager les autres à faire le bien.

Toutes les dix vierges se préparèrent pour le mariage et étaient très motivées à participer à la fête. La différence est que cinq d’entre elles s’y sont mieux préparées : elles se préparèrent pour de possibles imprévus, ayant la responsabilité d’avoir des lampes allumées pendant la cérémonie du mariage : c’était leur responsabilité et elles devaient s’y préparer.

Se préparer peut avoir quelques conséquences importantes. En premier lieu, connaître exactement notre responsabilité. Parfois, nous portons notre attention sur beaucoup de choses secondaires, peu importantes pour notre mission. Par exemple, très probablement, les vierges étaient préoccupées par la fête et non pas par le fait d’avoir suffisamment d’huile pour que les lampes puissent être allumées à partir de l’arrivée du futur marié. À d’autres occasions, nous nous préoccupons des activités des autres, en essayant de les juger, au lieu d’être attentifs à l’amélioration de notre mission. Ceci justifie le fait que les vierges sages ne partagèrent pas l’huile en surplus qu’elles avaient avec les insensées : si elles l’avaient fait, il y aurait eu un risque qu’aucune des dix vierges n’ait de lampe allumée et la fête aurait été un désastre. D’autre fois, nous pensons que nous pourrions réaliser des choses « plus nobles » que ce que nous faisons et, au lieu de nous préoccuper de notre mission, nous nous inquiétons de ce que nous pourrions faire si nous avions une fonction à plus haute responsabilité : nous oublions que, si Dieu nous a donné la fonction que nous avons, c’est pour que nous l’assumions en toute plénitude.

Par ailleurs, se préparer signifie également prévoir l’imprévu. Des choses peuvent arriver à tout moment pendant nos tâches sans que nous puissions les prévoir. Dans le cas des vierges, il arriva que le marié était en retard. Mais seules les vierges qui avaient prévu de l’huile en plus sont entrées à la fête. Les autres durent aller en acheter au moment où le marié arrivait.

En troisième lieu, la préparation nécessite de la créativité pour nous adapter aux imprévus. Si les vierges imprudentes avaient pensé qu’il n’y aurait pas assez d’huile parce que le marié tardait, au lieu de compter sur l’huile des vierges sages, elles auraient pu éteindre leur lampe et économiser l’huile, pour en disposer au moment où le marié arrive. De cette manière, cinq lampes auraient pu rester allumées jusqu’à l’arrivée du futur marié et les dix lampes auraient pu être allumées pour la fête.

Saint Vincent est considéré comme le Patron Universel des œuvres de charité. Il planifiait ses projets dans les détails et les adaptait avec des nouveautés, suite à son écoute des Pauvres et des imprévus. C’est ce qu’il appelait la vertu du zèle, de la persévérance.

Dans nos visites aux assistés et dans les œuvres spéciales de la SSVP, nous ne pouvons pas être imprudents. Il est nécessaire d’être comme les cinq vierges sages : prévoyants, innovants et sachant planifier à l’avance. Je connais des Vincentiens très efficaces dans leur travail, mais qui n’utilisent pas ce qu’ils apprennent au niveau professionnel dans leurs fonctions au sein de la SSVP : ils ont une sorte d’amnésie professionnelle lorsqu’ils travaillent pour la SSVP. Nous devons être modernes et innovants, afin que la SSVP soit de plus en plus présente dans le monde où nous vivons, bien à travers l’action pratique ou à travers l’évangélisation.