• Confédération Internationale

    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

    30 millions de pauvres aidés dans le monde

  • Confédération Internationale

    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

    "Je voudrais enserrer le monde dans un réseau de charité" (Frédéric Ozanam)

Retour à la liste des actualités

Appel à la générosité pour le Fonds International de Solidarité

26 juillet 2017 Actualités du CGI Aide et développement

Appel à la générosité pour le Fonds International de Solidarité

Afin d’apporter des réponses aux multiples sollicitations dont la CIAD (Commission Internationale d’Aide et de Développement)  fait l’objet, Renato Lima de Oliveira – Président Général  et Bertrand Ousset – Président de la CIAD, font appel dans une lettre à la générosité vincentienne pour alimenter le Fonds International de Solidarité par une collecte de dons.

Chers Confrères et chères Consœurs,

Notre planète est de plus en plus affectée par des dérèglements climatiques à répétition et des conflits régionaux qui se multiplient ; les catastrophes humanitaires qui en résultent s’accumulent, les unes faisant l’objet d’une visibilité médiatique forte et beaucoup d’autres se déroulant dans l’oubli et la méconnaissance des opinions publiques mondiales. 

Jusqu’ici, la Société de St-Vincent-de-Paul s’est attachée à lancer au coup par coup des appels à dons pour soulager les souffrances, pour reconstruire et relancer un développement durable dans les pays et les régions affectés, elle continuera de le faire pour des sinistres d’ampleur nationale.

Mais la Société de St-Vincent-de-Paul est sollicitée pour faire face à de très nombreuses crises humanitaires régionales, parfois endémiques, le plus souvent ignorées des médias et qui plongent dans une détresse durable de dizaines, voire de centaines de milliers de personnes ; en voici quelques exemples non exhaustifs, pour lesquels il n’y a pas eu d’appel à don spécifique initié par le CGI.

En mars 2017, Madagascar a été frappée par le cyclone Enawo qui a tué au moins 78 personnes, fait 300.000 sinistrés et détruit près de 30% des récoltes. Cela fait suite à la sécheresse qui, fin 2016, mettait 850.000 personnes en situation de grave insécurité alimentaire, puis un déluge a ravagé l’ile à Tuléar, où 1 200 personnes se sont noyées le 18 janvier 2017.

Au Pérou, les pluies diluviennes causées par El Niño ont provoqué inondations, avalanches et coulées de boue, dont le bilan s’établissait à 75 morts. et plus de 625 000 personnes touchées, dont 70 000 ont perdu leur domicile. La Villa Infantil Federico Ozanam, orphelinat de la SSVP a été inondée et a dû être évacuée.

Un séisme de magnitude 6,4 a secoué le nord de l'île de Sumatra en Indonésie, le 7 décembre 2016. 97 personnes ont péri dans la catastrophe et des dizaines de bâtiments ont été détruits. Un autre séisme avait frappé l’île en juin 2016.

En République démocratique du Congo, pays frappé durement par une crise humanitaire sans précédent, des pluies torrentielles ont entraîné une importante crue de la rivière Kalamu, en décembre à Boma : au moins 50 morts, 13 personnes portées disparues, 24.160 personnes sinistrées dont 4.077 hommes, 4.275 femmes et 15.808 enfants et bon nombre d’infrastructures endommagées, et des pluies diluviennes ont provoqué des inondations à Kinshasa en février.

En avril 2016, un séisme a eu lieu en Equateur : Il a affecté la zone côtière, causant des destructions jusque dans la capitale économique du pays, Guayaquil. Les victimes sont très nombreuses : 668 morts, 8 disparus, 6 274 blessés et plus de 29 067 sans abris

En avril 2016 également, Le nord et le centre du Malawi ont connu des pluies torrentielles qui ont entraîné des inondations, obligeant le président à déclarer l‘état d’urgence.

Les conséquences des pluies torrentielles qui ont frappé le nord et le centre du Malawi sont lourdes. Elles ont coûté la vie à, au moins, une dizaine de personnes et provoqué le déplacement de centaines d’autres. Des maisons se sont effondrées, des latrines emportées, ce qui a soulevé une inquiétude sanitaire.

Au chapitre des catastrophes humanitaires, inutile de rappeler la situation du Moyen Orient, ou des dizaines de milliers de personnes sont menacées, persécutées, chassées de chez elles en Iraq ou en Syrie, déplacées au sein de leur pays ou le fuyant, surtout vers le Liban, ou tentant de rester chez elles avec le soutien de la SSVP locale.

La République Centrafricaine, est à feu et à sang. Le pays est plongé dans un conflit interne qui le conduit à la dérive. Le pays a basculé dans la violence et l’insécurité : assassinats, tortures, viols, lynchages, déplacements forcés, pillages, incendies et destructions de villages chrétiens. Les milices ont déjà tué plusieurs milliers de civils chrétiens, pillé et incendié des milliers de maisons et initié un cycle de violences dont le pays n’est pas sorti. Dans ce chaos, les populations civiles sont en première ligne : 2.2 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire immédiate, 1.4 million de personnes déplacées depuis 2013, 2 millions en insécurité alimentaire

Six ans après son indépendance, le Soudan du sud est au bord de la plus grave crise humanitaire en Afrique en raison de la guerre civile qui le frappe depuis 2013 dans une violence extrême : massacres, viols, enrôlement d’enfants soldats ont provoqué le déplacement de 2,3 millions de personnes dans le pays, et la fuite de 500.000 personnes vers les pays limitrophes. En janvier, un incendie s’est déclaré dans un des nombreux camps où intervient la SSVP Le 20 février 2017, le gouvernement du Soudan du Sud déclare l'état de famine dans plusieurs zones du pays

Depuis les années 1950, l’Ouganda accueille les réfugiés fuyant les conflits voisins. Rwandais, Somaliens, Burundais, Congolais ou Sud-Soudanais, ils sont près de 540 000 à demeurer en ville ou dans les zones rurales, et l’afflux continue. La SSVP Ougandaise sert les réfugiés dans de nombreux camps et doit également faire face à des catastrophes naturelles fréquentes.

Au Vénézuela, la crise économique et politique a plongé le pays dans une profonde crise économique, avec une pénurie touchant 68% des produits basiques et une inflation incontrôlable. 9,6 millions de Vénézuéliens - presque un tiers de la population - ne mangent qu'un ou deux repas maximum par jour. La pauvreté touchait 81,8% des foyers en 2016, près de neuf points de plus qu'en 2015, selon une enquête sur les conditions de vie réalisée par un groupe d'universités.

Cette longue énumération n’est malheureusement pas exhaustive aujourd’hui et la liste des catastrophes devrait s’allonger avec le temps.

C’est pour ces missions méconnues, oubliées voire occultées, qui n’arrivent pas à mobiliser des donateurs alors qu’elles affectent au total des millions de personnes, que nous vous proposons d’organiser une collecte de dons pour alimenter un Fonds International de Solidarité qui permette à la CIAD, Commission d’aide internationale de la SSVP-CGI, d’apporter des réponses aux multiples sollicitations dont elle fait l’objet. Une telle collecte pourrait être renouvelée annuellement.

En pièce-jointe, vous trouverez une brochure explicative et le bilan des actions et projets financés par la commission sur l’année 2016.

 

Cette campagne d’appel à dons pourrait s’intituler…

OPERATION CATASTROPHES MECONNUES

Servir dans l’espérance.

 

signature-Renato

signature

Renato LIMA DE OLIVEIRA

16ème Président Général

Bertrand OUSSET

Président de la CIAD

Télécharger :

> Présentation de la CIAD (pdf, 447,03 Ko)

> Formulaire d'attribution de dons (pdf, 39,13 Ko)

> Lettre et Coordonnées Bancaires (pdf, 154,17 Ko)