• Confédération Internationale

    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

    30 millions de pauvres aidés dans le monde

  • Confédération Internationale

    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

    "Je voudrais enserrer le monde dans un réseau de charité" (Frédéric Ozanam)

Retour à la liste des actualités

Népal : 2 ans après le séisme meurtrier, la SSVP participe activement à la reconstruction

12 mai 2017 Actualités des conseils

Népal : 2 ans après le séisme meurtrier, la SSVP participe activement à la reconstruction

Le 26 avril dernier, le Népal commémorait le souvenir des victimes des 2 séismes qui, 2 ans plus tôt, ont rayé des dizaines de villages de la carte et endeuillé le pays.

En 2 années, la situation générale des sinistrés s’est améliorée à pas comptés : la reconstruction est lente, freinée par des obstacles logistiques : pénurie de matériel et de moyens humains, coupures de courant. La réhabilitation des infrastructures nécessaires à la reprise des activités, comme le réseau routier, a pris du retard et certains villages sont encore coupés du monde.

Un partenariat avec Caritas

Après avoir participé activement aux secours d’urgence dès le lendemain de la catastrophe, les responsables régionaux de la Société de Saint-Vincent-De-Paul ont rapidement pris l’initiative d’un partenariat avec Caritas, afin de renforcer l’efficacité sur le terrain et de contourner les obstacles administratifs. Grâce à un accord signé en juin 2016, Caritas et la SSVP se sont associés dans un projet de reconstruction d’habitations. Selon cet accord, la SSVP s’engage avec un budget de $772 000 financé par la CIAD (Commission Internationale d’Aide et de Développement), et alimenté par les collectes vincentiennes en faveur des sinistrés.

Avec l’accord du gouvernement Népalais, Caritas a identifié une zone particulièrement affectée par la réplique sismique du 12 mai 2015, en termes de pertes humaines et de destructions : dans le district de Dolakha, les communautés de développement villageois de Orang et Bulung, en ciblant plus particulièrement 5 quartiers les plus touchés. Le projet concerne 310 familles qui seront assistées matériellement et financièrement pour la reconstruction de leur habitation.

Dans chaque quartier, un comité de reconstruction a été formé pour superviser le programme. Les bénéficiaires sont largement impliqués : ils aident à résoudre les problèmes qui se posent au sein de la communauté, identifient les foyers qui reconstruisent leur maison et ceux qui ne le font pas.

Une maison-témoin répondant aux normes anti sismiques a été érigée pour servir de modèle. Des sessions de formation ont été organisées pour les maçons et les foyers reçoivent l’assistance d’un technicien de Caritas Népal qui apporte son expertise sur des domaines clés de la reconstruction. (choix du site, plans etc…)

Le soutien Malaisien

Parallèlement, la Malaisie qui est jumelée au Népal, a lancé un appel à la solidarité afin de rassembler des fonds, collecter des vêtements et du matériel destinés aux népalais pour se protéger du froid en attendant la reconstruction des habitations.  Une visite a été organisée afin de rencontrer les vincentiens népalais et de mieux évaluer les besoins. Le voyage, supervisé par Elizabeth Loo (Coordinatrice Nationale des jumelages pour la Malaisie) a eu lieu en septembre 2016. Le programme d’une semaine comprenait une session de formation ainsi que des visites aux familles à Katmandou, Godavari et Baniyatar, permettant aux vincentiens d’avoir un aperçu de l’utilisation des fonds envoyés. Ils avaient également amenés dans leurs bagages des vêtements en laine, du matériel informatique, et la somme de 13 600 RM (3 100 USD) issue de collectes.

Très vite, les visiteurs ont pris la mesure du niveau de pauvreté et du dénuement de leurs homologues népalais, mais également de l’extraordinaire dévouement dont ceux-ci faisaient preuve envers les autres. Pour Anne Haslam (Conférence Christ the King – Sungai Petanie Malaisie), c’est une expérience riche en leçons : « Si, au début, nous pensions que nous pourrions apprendre quelque chose à nos amis népalais, nous nous sommes rapidement rendu compte que les rôles étaient inversés et que c’est nous qui avions le plus à apprendre d'eux. Dès le premier jour, après l'arrivée à Katmandou, tout a été une expérience d'humilité et d'apprentissage. Nous sommes revenus plus humbles, avec une plus grande volonté et plus d’inspiration pour servir les moins fortunés »*.

Dans ce pays où les catholiques sont largement minoritaires (8 000 sur une population de 30 millions d’habitants) la Société de Saint-Vincent-de-Paul compte actuellement 13 conférences et développe son service auprès des pauvres, grâce au soutien de la Malaisie et du travail mené en collaboration avec les autres organisations catholiques.

*Lire le témoignage complet (en anglais)  > http://www.ssvp.org.my/wordpress/mission-trip-to-nepal/